Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

Faire ou ne pas faire ses nuits, telle est la question

Ce matin, en parcourant mon « fil d’actualité FB », j’ai eu la joie de tomber sur ce dessin de Nathalie Jomard (avant d’avoir un enfant je trouvais ça super drôle, mais ça, c’était avant…).

Cela m’a donné envie de vous reparler du sommeil des bébés parce que, comment dire, bon, vous l’aurez deviné, ce n’est pas encore tout à fait ça.

 

Quand je parle de mon bébé, la première question que l'on me pose c'est "alors, il fait ses nuits ?" et je réponds toujours "bah oui, bien sûr, il a quand même huit mois" parce qu'évidemment c'est une question rhétorique. On ne s'attend pas plus à ce que vous y répondiez "non" qu'on n'imagine que direz "pas trop" si l'on vous demande "ça va ?".

 

Si je mens un peu, je ne la ramène tout de même pas trop... Dans la vie, il y a deux sortes de parents. Ceux qui disent crânement « bébé fait ses nuits depuis qu’on est sorti de la maternité » et ceux qui pleurent en entendant ça. Et parmi ceux qui pleurent en entendant ça, il y a ceux qui y croient (« pfff, tu te rends compte, Mme B. son bébé dort depuis qu’ils sont sortis de la maternité. Mais comment fait-elle ??? ») et ceux qui n’y croient pas (« pfff, comment elle se la raconte, Mme B. »).

Je fais partie de la deuxième catégorie de la deuxième catégorie. Ce qui fait de moi une mère épuisée certes, mais surtout dubitative. J’entends déjà les mères de la première catégorie se récrier « ah ! mais si, si, c’est vrai, il a dormi dès son premier caca du sommeil du juste. » Faut voir... je flaire la légende urbaine.

 

Il fait ses nuits, sauf...

Tout d’abord, en discutant de choses et d’autres avec les heureuses mères de cette géniale et léthargique progéniture, je me rends compte que, parfois, une soupçon de vérité leur échappe. Par exemple : « mais avec ces couches, là, tu n’as jamais de fuite la nuit toi ?

- Si, du coup je suis obligé de le changer, parfois deux fois la même nuit. » Et paf ! si tu changes bébé, c’est qu’il a pleuré ou que tu es allé le voir et que tu lui as touché les fesses or tu ne fais pas ça par hasard ni par plaisir donc soit tu sais que tes couches sont toutes pourries, donc tu lui palpes le popotin à la recherche de l’humidité scélérate, soit il s’est réveillé. Donc dans les deux cas, il ne fait pas toujours ses nuits.

Ou alors : « G. se traîne une gastro depuis trois jours, les nuits sont un peu dures.

- Ah ! oui, je te comprends.

- Ah ! bon, je croyais que E. faisait ses nuits « depuis toujours » ?

- Oui mais bon entre l’otite, la bronchiolite, les deux dents du bas, la gastro et le changement d’heure, dur dur… » je vois, il fait ses nuits sauf quand il est malade, or il est tout le temps malade donc il ne fait jamais ses nuits.

Mais aussi : « cette nuit je me suis levée trois fois, heureusement qu’il se rendort vite…

- Ma pauvre. Quelle chance j’ai que M. fasse ses nuits depuis tout petit. Bon, il se réveille mais il prend son biberon et joue pendant environ une heure donc ce n’est pas gênant. » Hmm… il fait ses nuits avant de jouer et après avoir joué alors.

Une fois ces astuces percées à jour, je me suis quelque peu rassurée « ah ! mais c'est bien sûr ! Quand les mères disent « mon bébé fait ses nuits » ça a l’air de vouloir dire qu’il lui arrive de dormir longtemps d’affilé mais que ce n’est pas systématique. »

Un sommeil quasi interrompu

Je regarde donc ma situation d’un autre œil. Mon bébé enchaîne les périodes de sommeil de manière quasi ininterrompu de 19h30 à 6h30. Soit onze heures de rang ou presque. Et tout tient dans le presque. Il va se réveiller au mieux trois fois, au pire quatre fois pendant cette période, parvenant à dormir 3h ou 4h d’affilé au maximum. Ensuite il y a soit un pipi, soit une tétée. Mais le rendormir n’est plus jamais un problème. Quelle que soit l’heure à laquelle je le couche à partir de 18h30, il va dormir jusqu’à 22h30 puis appeler pour un pipi HNI (hygiène naturelle infantile) ou un changement de couche et une tétée. Ca dure 20 minutes et il a les yeux fermés pendant la totalité de l’opération. Il se rendort à 23h au plus tard et moi je vais me coucher. Il me rappelle vers 2h ou 3h et là, c’est juste une tétée les yeux fermés qui prend 10 minutes. S’il a appelé à 2h, il se rendort à 2h15 et rappelle vers 5h si besoin et sinon peut dormir jusque 6h. S’il a appelé vers 3h, il peut se rendormir jusque 6h30 ou 7h et là, ce sont les plus belles nuits de ma semaine…

Relisant ces quelques lignes, je m’interroge… dois-je dire que mon bébé fait ou ne fait pas ses nuits, telle est la question… je pense à ma cousine qui avoue sans ambage que son fils E. n’a jamais fait ses nuits avant neuf mois révolus. A ma mère qui me rappelle que je n’ai jamais dormi huit heures d’affilé avant l’âge de dix ans…

Quoi qu’il en soit je vois une réelle amélioration car il y a deux mois, le rendormir la nuit relevait du sport extrême. La situation est devenue tellement plus simple que j’ai développé des astuces pour dormir aussi.

Pour y voir à peu près sans être éblouie donc réveillée, j’ai installé une petite veilleuse dans le couloir qui dessert nos chambres et, dans la chambre de bébé, un réveil qui nous plonge dans une lumière bleutée, respectueuse du sommeil et assez forte pour trouver la tétine sous le lapin en peluche ou changer une couche (au radar quand même).

Dans la chambre de bébé j’ai installé un fauteuil très confortable. Il y a aussi un grand lit une place. La nuit je m’installe dans le fauteuil, les jambes étendues sur le lit, le bébé bien calé contre moi, qui tête les yeux fermés. Je m’endors aussi. Il n’y a aucun risque qu’il tombe du fait des accoudoirs du fauteuil. Une nuit, je me souviens m’être rendue dans sa chambre à 2h et en être repartie, très reposée à 5h…

Evidemment, je pourrais m'en tenir aux conseils des pédiatres et autres tenants du dressage paramilitaire qu'on appelle l'éducation : laisser bébé pleurer seul dans le noir, laisser bébé s'étouffer avec sa tétine, laisser bébé sécher ses fesses tout seul, etc. J'ai fait un autre choix alors non, bébé ne fait pas ses nuits mais, au fond, est-ce grave ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article