Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

La Bay de San Francisco avec des enfants : mais si, c'est possible !

Explorer un pays aussi vaste que les Etats-Unis avec des enfants aussi jeunes que les nôtres nous est rapidement apparu insensé. En tout cas impossible. Nous avons donc sciemment décidé de nous cantonner à la Californie. Enfin la Californie c’est déjà plus grand que la France alors nous avons encore circonscrit notre périmètre à la Californie du Nord, puis carrément a la Bay de San Francisco. Là où nous habitons en fait. C’est un peu comme se dire qu’on va retourner les Hauts-de-Seine finalement…

 

Nous privilégions les découvertes qui tiennent sur une demi-journée : un parc ou un musée + un déjeuner ou un goûter. Parfois nous nous aventurons quelque part toute une journée mais c’est plus éprouvant. Certaines villes ont vraiment nos faveurs comme Palo Alto ou Alameda : la première parce que son centre mignon ressemble à celui de Levallois-Perret (je sais, je rêve) et la seconde parce que son architecture balnéaire et venteuse rappelle soit la Normandie soit le bassin d’Arcachon (je sais, je rêve toujours). Et puis il y a bien sur tout ce qui se fait à San Jose, facilement, puisque nous y habitons.

 

Après six mois de pratiques et de casse-tête hebdomadaire pour trouver “quoi voir” ou “quoi faire” ou “où aller” avec des enfants de un et quatre ans, voici la liste de ce que nous avons déjà entrepris (avec plus ou moins de succès).

 

Pour une ou deux heures à San Jose

Du côté de Coleman, il y a une aire de jeux très sympa qui a été financée par le Rotary Local. Elle est accessible gratuitement mais on peut faire un petit geste… elle propose des toboggans, des balançoires, des petits murs d’escalade et a ceci de particulier qu’elle a été pensée pour permettre aux enfants à mobilité réduite d’en profiter. Ne soyez donc pas étonnés de certaines des structures en place. Enfin ce que mes enfants y préfèrent c’est l’incessante file d’avions qui atterrissent à l’aéroport Mineta SJ et survolent le parc toutes les 3 minutes les trains sortis… on peut compter les hublots et faire coucou aux passagers. On voit surtout des Southwest, des Alaska et des avions UPS. Nous nous retrouvons la plupart du temps dans ce parc après avoir fait les courses (Trader Joe’s, Wholefoods) et gouté chez Wholefoods.

 

A deux pas de Happy Hollow Park (un parc avec des manèges mais franchement très payant) se trouve le San Jose History Museum. Dans un grand espace de plein air sont regroupées 28 maisons de l’ancien San Jose, un tramway, des vieux véhicules, une Electric Tower qui aurait servi de modèle a la Tour Eiffel (bin voyons…), une caserne de pompier, un grand hôtel, etc. On peut s’y promener tranquillement la semaine et rentrer dans les maisons lorsqu’elles sont ouvertes le week end. Attention car chaque maison est un petit musée avec son horaire spécifique… le parc est gratuit sauf quand il est le théâtre d’une manifestation particulière, auquel cas vous auriez à vous acquitter du coût éventuel de cette manifestation pour entrer. Bon à savoir, il y a un petit parking gratuit (en plein soleil certes) juste devant l’entrée du musée donc mieux vaut éviter le Kelley Parking Lot qui est payant.

 

Juste derrière chez nous, l’aire de jeux de Penitencia Creek à côte du Berryessa Community Center propose des jeux de 2 à 12 ans avec balançoires, toboggans, etc. Les installations sont à proximité d’une grande pelouse qui permet de jouer au ballon. La grande pelouse est ceinte par un chemin goudronné idéal pour faire du vélo et au milieu il y a une mare avec des canards sauvages, des canards de Barbarie et, en ce moment du fait des migrations estivales, des oies Bernaches. Pendant les vacances, vers 16h, un Ice Cream Truck fait retentir son klaxon et tous les mômes rappliquent pour acheter un eskimo à moitie fondu à 1,50$.

 

 

 

 

Sur la 680, vers la sortie King’s road se dresse le barn du ranch éducatif du Emma Prush Farm Park. Un grand espace clos coincé entre des piliers d’autoroute (on ne s’en rend vraiment pas compte en fait) et qui propose de découvrir des animaux de ferme. Il y a la basse-cour avec des oies, des canards, des poules, des biquettes, des cochons (un distributeur de graine permet aux enfants de nourrir les animaux avec des aliments appropries pour la modique somme de 25cts) et le barn sous lequel on retrouve des (très grosses) vaches, des cochons, des brebis, des moutons. Derrière, à l’extérieur on aperçoit des chevaux. Des poules se baladent en liberté sur la très vaste pelouse du parc. Il y a aussi une ceinture de goudron pour faire du vélo, une aire de jeux aménagée et un espace qui regroupent des arbres fruitiers du monde entier. A l'entrée du parc il y a toujours un marchand de glaces (industrielles). Le samedi et le dimanche de 12h a 16h, des promenades à cheval sont proposés aux enfants à partir de deux ans. Attention : ce n’est pas un petit tour à dos de shetland… Aux abords du parc on voit aussi des terrains cultivés avec du maïs et des tournesols et a gauche de l'entre, le portail de Veggielution, une initiative de type farmers' market pour prendre conscience des problématiques alimentaires locales... 

 

Enfin, un dernier bon plan qui peut intéresser les familles, les dimanche matins Cars And Croissants sur Santana Row. Une fois tous les deux mois, les amateurs de belles voitures se retrouvent sur cette artère bloquée a la circulation et font admirer leurs Corvette, Lamborghini, Aston Martin, et autres bolides rutilants. Le parking a proximité est gratuit. L'ambiance est bonne enfant et la promenade assez ombragée. Ensuite on peut s'échapper vers le Falafel Drive In (mais pas après 11h45 sous peine de faire une queue d'enfer en plein soleil), y manger des Dolmates ou des fallafels en admirant la superbe fresque décorative qui reprend tous les éléments emblématiques de la Valley. 

 

 

 

En mode demi-journée

 

A San Jose

J'ai eu la chance de gagner quatre places pour Raging Waters, LE parc aquatique de San Jose. Nous y sommes donc allés en famille... j'avais bien suivi toutes les recommandations du site internet : pas de nourriture, pas de boissons, les sacs seront fouillés, la boutique vend des maillots de bain (il nous en manquait un), il y a de grands espaces ombragés avec des sièges, des points de restaurations sont repartis sur tout le site, des vestiaires sont à notre disposition, etc. 

Le parc n'est pas loin de chez nous, au coeur du domaine de Lake Cunnigham. C'est très chouette. Le parking coûte 6 $. En arrivant, nous constatons d'abord que les gens viennent en famille avec des glacières, des boissons, des parasols... et arrivent déjà en maillots. Et pour cause, les vestiaires sont ridiculement petits et vraiment sales. Pas de machine qui passe pour nettoyer quoi que ce soit. un stock de poussière noirâtre monstrueux. Bref, passons. Le parc est dans le même état... un peu vétuste. Les piscines sont plutôt sales mais ce n'est peut être pas étonnant pour un parc aquatique en plein air (je ne suis pas coutumière de ce genre d'endroits). Pour les enfants petits, quelques espaces de jeux et des gilets de sauvetages mis a disposition (un bon point). Mais aucun toboggan en dehors de ceux des pataugeoires. On a quand même fait un tour dans la rivière sans fin, une session de piscine à vagues, une partie de bateau pirate, un peu de nage... après 2h30 en plein soleil sans les grands espaces ombragés attendus et alors que mon mai n'a pas pu se baigner puisque non, la boutique n'avait pas de maillot pour homme, nous avons cherché un gouter. A part des glaces et des pizzas, pas grand chose. Ils étaient même à cours de saucisse pour les hot dogs... Bref, c'était gratuit, on ne le refera pas et je ne recommande pas. 

 

A Palo Alto

Mythique et emblématique de la Silicon Valley, cette sympathique bourgade est aussi très chic et très cher. Un petit centre ville avec des restaurants et quelques boutiques. Quelques musées de petite taille tout à fait adaptes aux enfants et pas ennuyeux pour les adultes. Des aires de jeux plus ou moins ombragées. Tout pour plaire.

  • Circuit 1 : visite du Museum of American Heritage (donation based).
    C’est dans une des plus anciennes maisons de la ville, premier cabinet médical. Reconstitution d’époque, objets insolites, très beau jardin. On apprend notamment que c’est de la French Riviera qu’a été rapportée l’idée, dans les années 1930, d’installer des palmiers et des plantes grasses dans les jardins californiens. Au fond, une salle qui sert de lieu d’échange au Bay Area lego user Group avec parfois des foire d’échange. Juste en face, il y a une aire de jeux (Heritage Park) avec de l’ombre, des toboggans, des balançoires ! Pour déjeuner, nous sommes allés chez Curry Up Now, une enseigne qui fait des burritos au tikka masala… cuisine fusion quand tu nous tiens…
  • Circuit 2 : visite du Palo Alto Junior Museum and Zoo (donation based).
    Il s’agit d’un mini musée pour des enfants jusqu’à 7 ou 8 ans à mon avis. Il y a des machineries énormes qui montrent comment utiliser l’énergie pour déplacer des balles de tennis (crémaillère, engrenage, etc.), des pupitres d’activité pour découvrir le fonctionnement de l’énergie solaire et la même chose pour l’énergie hydraulique. Ensuite il y a toute une partie sur les insectes en mode “cabinet de curiosité”, des marionnettes insectes qu’on peut utiliser, des déguisements superbes utilisables librement. Tout au fond, un espace spécial pour les bébés jusque 18 mois avec des jeux adaptes et des livres. Et puis à l’extérieur un petit zoo avec des tortues, lapins, rats et un petit lynx (personnellement il me fait de la peine quand même). A cote du musée il y a une importante aire de jeux dans un parc clôturé (Rinconada Park) avec des toboggans, des balançoires et une crémaillère. Pour le déjeuner, nous sommes allés chez Pluto’s, un resto sur l’artère principale qui propose soit des sandwiches soit des salades à composer en fonction de ses envies.
  • Circuit 3 : un petit tour à Stanford pendant environ 1h avec le Main
    Quad, ses mosaïques et ses Bourgeois de Calais (de Rodin absolument). On peut pousser jusqu’à la Hoover Tower et y monter (quelques dollars me semblet-il) pour admirer la Valley. Il faut vérifier les horaires d’ouverture. A nouveau un déjeuner chez Pluto’s.

 

A Mountain View

  • Circuit 1 : un petit tour au Milk Pail Market, une épicerie locale qui propose des fromages importes d’Europe, du café, des biscuits… pour les gros nostalgiques qui ont un coup de moins bien… ils ont aussi des choses beaucoup plus typiques comme le pain à l’ail et aux artichauts de Pescadero. C’est un endroit un peu exigu mais chouette, qui résiste à la pression de l’immobilier local dont l’objectif principal est de vendre des square feet de bureaux vitrés et climatises à toutes les Tech Companies du monde. Ensuite on peut déjeuner juste derrière, il y a un grand espace commercial avec des restaurants. Nous avons essayé Luu Noodles.
  • Circuit 2 : le NASA’s Ames Research Center est un petit musée local
    qui ravira nos enfants et ceux qui sommeillent encore en nous. C’est gratuit, c’est sous une tente climatisée, on fait le tour en 45 minutes pour voir : un pneu de navette grandeur nature, l’intérieur d’une capsule spatiale avec des rations de nourriture déshydratée et des appareils pour entretenir la tonicité des muscles des bras, une reproduction du système solaire, des costumes d’astronautes et, clou du spectacle, une véritable pierre de lune ramenée de là-haut par Apollo QQCH. Pour le déjeuner, on est allé chez Roger’s Deli : bagels à l’avocat, Caesar salad, et assiette petit déjeuner avec œufs et French toasts (c’est LA spécialité, servie toute la journée). Le tout dégusté sur la terrasse ombragée et aérée.
  • Circuit 3 : le Moffet Field History Museum. C’est un petit musée géré par une société historique locale qui retrace les années prestigieuses de ce petit aérodrome. Pour y pénétrer on rentre dans une base de la NASA (effet waouh garanti pour les enfants) : un garde tout à fait sympathique vérifie la pièce d’identité du conducteur (on lui a montré un permis de conduire français…) et on traverse la base (il y a un supermarché, une pompe à essence, des campingcars). Le musée est juste au pied d’un réservoir à eau qui ressemble à la fusée de Tintin. L’entrée est payante mais déductible des impôts (il faut juste penser à conserver le petit ticket photosensible de la taille d’un demi ticket de métro parisien jusqu’à la date de la déclaration => autant vous dire qu’il a déjà fini soit à la poubelle, soit au lave-linge). On découvre toute l’histoire du lieu : un terrain pour les dirigeables (ce qui explique les très grandes structures métalliques installées sur la base). Beaucoup de photo et de mannequins costumes. Très intéressant pour petits et grands. Si on fait plus de 1,20m on peut aussi s’asseoir dans un cockpit d’avion. Après ça nous sommes allés déjeuner une assiette de chichekébab chez Falafel & Kebabs à côté du campus Google où nous avons observé le ballet incessant des Google bikes et des Corvettes. D’ailleurs Google loue une partie de l’aérodrome pour ses propres besoins…

 

La grande aventure : une journée complète

 

A Alameda

En fonction de l’endroit où vous habitez, vous pourrez prendre différents itinéraires pour vous rendre à Alameda. C’est la grosse ville qui fait face à San Francisco. On a une très belle vue de la skyline de San Francisco depuis Alameda (quand il n’y a pas trop de fog… hum…).

De chez nous, la route en elle-même était déjà une aventure : à Fremont nous sommes passé devant la TESLA Factory (LA marque de voitures électriques haut de gamme). On voit bien le bâtiment blanc en contre bas de la route et ses grosses lettres grises se détacher de la montagne ocre. Puis à Oakland nous sommes passe devant le Oracle Arena : c’est le stade de basket ball ou jouent les Warriors, l’équipe du Golden State qui ont gagné cette année les Play Off de la NBA. Tour autour du stade il y avait les portraits des joueurs qui nous souriaient. Attention il y a souvent un ralentissement à cet endroit car tout le monde regarde d’un œil distrait et lève le pied.

A Alameda nous sommes allés à la plage pour regarder s’affronter les participants au concours annuel de château de sable. On s’est promis de participer l’an prochain. Il parait que c’est comme le bassin d’Arcachon. On peut avancer très loin dans l’eau avant d’être mouillé jusqu’à la taille. Il y a beaucoup de vent et on voit beaucoup d’avions. Alameda downtown est très croquignolet : on a même trouvé des maisons type villas anglo-normandes avec des colombages. Les rues ne sont pas trop larges, il y a des gens en scooter ou en vélo. Nous avons déjeuner un bento chez Katsu Suhi House puis avons pris la direction de l’USS Hornet. Il s’agit d’un porte avion à la retraite qui est amarre sur les quais. La visite est très payante (sauf pour les enfants jusqu’à 4 ans) mais intéressante. On peut explorer tous les ponts et toutes les pièces, monter aux escaliers, échelles, etc. et voir des avions, des avions et des avions. Même un hélicoptère. Et puis à nouveau des éléments sur la conquête spatiale puisque le porte avion a servi de base de récupération des capsules de retour sur terre pour les expéditions lunaires. Quand on monte sur le pont supérieur, on voit tout San Francisco.

En revanche, il y a beaucoup de vent et beaucoup de soleil, les personnes sujettes au vertige peuvent être incommodées…

 

 

A San Francisco

Comme pour Alameda, plusieurs itinéraires possibles. En général nous prenons à l’allée la route du Nord qui passe par Fremont et nous dirige vers un des ponts qui traversent la Bay et nous passons par la 101 qui longe le Sud de la Bay au retour. Attention les ponts sont tous PAYANT (5 $).

La ville est fortement déconseillée aux voitures : la circulation est éprouvante du fait du vallonnement intense, les places de stationnement sont chères dans tous les sens du terme et on n’a pas toujours envie de faire un créneau en pente avec des mômes qui hurlent à l’arrière et une fois sur place on a besoin de se déplacer. Il est donc conseillé à tous les touristes d’abandonner leur véhicule dans un parking pour la journée (bim, 50$) et d’utiliser les transports en commun ou de se déplacer à pieds.

Avec nos deux enfants, nous avons choisi une attraction qui nous permettait de découvrir SF sans trop de marche tout en ayant un panorama sympa. On s’est donc offert un trip en BigBus (plusieurs compagnies proposent ce service).

En 2h30 on a fait le tour des quartiers emblématiques, traversé le Golden Gate Bridge dans les deux sens et terminé notre course a China Town où nous avons déjeuné dans une gargote (si si, c’est le bon terme) sympathique, à trois adultes et un enfant pour la modique somme de 50 $ tips compris. C’est le plus grand quartier chinois des Etats-Unis, très folklorique à découvrir avec les enfants. Des fresques peintes sur les murs, des toits en pagode, des réverbères couleurs locales…

nous sommes ensuite redescendu vers le Fisherman’s Wharf où nous avions laissé notre véhicule en stationnement. A pied avec les enfants nous avons mis une petite heure, en nous arrêtant dans Little Italy où se tenait opportunément une fête locale qui nous a permis de manger de décideuses gelati artisanales au capuccino. J’y pense encore…

 

 

 

 

A Monterey

Direction le Sud pour une journée maritime. Monterey est connu pour avoir été un haut lieu de la conserverie de sardines et avoir hébergé un roman de Steinbeck dont le buste trône en bonne place au milieu du quartier touristique, a cote ou presque d’une réplique du banc de Forrest Gump devant l’entrée du restaurant Bubba-Gump… Aujourd’hui on s’y rend surtout pour l’aquarium mondialement renommé et la promenade le long de la mer (Cannery Row).

Comme d’habitude, la route était captivante. Nous n’étions jamais allés au Sud d’Evergreen donc passer par Gilroy a été une aventure. Cette ville est très connue pour a moins deux raisons : elle abrite chaque année un festival de l’ail et offre une grande sélection de magasins Outlet. Au fur et à mesure que la route s’amincissait, passant de 4 à 2 puis 1 voie, nous voyions se déployer un paysage de plus en plus fertile et vert avec de plus en plus de cultures, des serres, des forets. En arrivant à Monterey, on croise toute une série de dunes de sable, hautes et impressionnantes. Puis le pacifique se déroule devant nous : gris, brumeux, humide.

Après avoir trouvé un parking pour stationner notre véhicule, nous partons pour l’aquarium. Le centre-ville n’est pas très étendu et tout peut se faire à pieds. Il y a un peu de queue pour rentrer et les billets sont vraiment chers (3 adultes et un enfant = 110$). A l’intérieur, beaucoup de monde, pas toujours facile d’accéder aux abords des aquariums. Beaucoup de familles avec des poussettes (qui sont tout à fait acceptées à l’intérieur).

Personnellement je n’ai pas trouvé l’aquarium à la hauteur de mes espérances

(La Rochelle, Boulogne Sur Mer et même l’aquarium du Trocadéro me semblant nettement plus intéressants et riches d’espèces présentées) mais nous avons pu observer des bancs de sardines et d’anchois (ce qui a le plus fascine les enfants en fin de compte), des otaries, des méduses très poétiques et le déjeuner des manchots.

Le bon point c’est qu’on peut sortir de l’aquarium pour déjeuner ou faire une pause et revenir ensuite, à condition de se faire tamponner la main ou de garder son ticket.

Nous avons déjeuné à Sly McFly's un fish and chips pour les garçons et une clam chowder dans son surdough bread pour moi (pas cher et kid friendly ce qui n'est pas le cas de tous les restaurants du coin dont certains ne se gênent pas pour afficher sur des écriteaux que les gens dont les enfants seront bruyants seront expulsés du restaurants) et avons refait un tour à l’aquarium avant de reprendre la route vers le Nord.

 

 

Dans tous les cas, avant de vous lancer pensez bien à vérifier les horaires d’ouverture parfois exotiques et les conditions tarifaires car certains endroits sont vraiment excessivement chers…

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article