Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

Où l'on clot le sujet du plagiat estudiantin

pinochio.jpg Sujet à rebondissement, donc, comme mon lecteur peut le constater depuis... une éternité il me semble ! Eh ! bien figuré qu'une fois les zéros distribués avec largesse, l'affaire n'a pas été close pour autant. Mon "responsable" de cours m'a contactée au mois 4 fois pour être certain des notes que je mettais et que je les répartissais bien comme ça. Pour certains groupes plagaires (il s'agissait, je le rappelle, de travaux de groupe), j'ai mis un beau zéro à tout le monde. Pour d'autres non, car les différences de niveau de travail est très facilement décelables...

Si la plupart des plagiaires se sont résignés, et c'est cela qui est frappant, l'étudiant pincé essaie très rarement de contesté, voire appui votre analyse, vous savez : "bin j'allais pas réécrire un truc déjà tout prêt...", un des étudiants gratifiés de la sorte a préféré contester, dans l'ordre ci-dessous et faisant évoluer sa critique au fil de mes réponses :
- le plagiat => pas de problème, ai-je répondu en produisant la source.
- ma capacité à identifier son travail plutôt que celui des autres membres du groupe => pas de problème ai-je répondu, afin d'être plus juste je peux mettre zéro à tout le monde et vous vous arrangerez avec vos coréligionnaires.
- le fait qu'il n'avait pas caché avoir un utilisé un article de presse en particulier => pas de problème encore une fois, mais vous n'avez pas indiqué vos sources.
- le fait que les sources avaient malencontreusement été effacées du dossier => là, rationnellement, il n'y a plus rien à répondre.
En désespoir de cause il a souhaité me parler donc a fait le pied de grue dans le bureau du responsable susidentifié. Puis comme cela ne prenait pas, il a demandé à la secrétaire administrative de m'envoyer un mail pour m'expliquer tout son malheur...

Morceaux choisis :

Je comprends votre réaction, ..., je n'ai en aucun cas voulu vous tromper, .... J'aurais dû vérifier, c'est de ma faute. Si vous le désirez, ..., je peux vous envoyer ma partie telle qu'elle était quand je l'eus terminée, pour vous faire part de mon honnêteté.
.... Si vous pouviez me répondre, cela me rassurerait et me soulagerait.

Bon, rien à rajouter, c'est déjà assez énorme en soit... Je suis sidérée par l'énergie déployée pour rattraper les choses alors qu'il aurait été si simple de passer ce temps à
TRAVAILLER !!!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article