Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

4 négligences vestimentaires à éviter

Je me rends compte que je passe désormais plus de temps à égrener des listes qu'à diffuser des recettes de cuisine mais la diversification de l'activité est un atout important pour renouveler mon audience. Tenez, ce matin, que vois-je dans mes statistiques de blog ? Le 24 décembre dernier, pas moins de 478 visiteurs uniques ont trainé sur ce blog (oui oui, ce même blog que vous êtes habituellement trois à lire par mois), pour s'inspirer de ma recette de rôti de chevreuil sauce grand veneur (et ses petites purées) publiée en 2008... il n'y a pas à tortiller, il faut passer à des billets plus neufs !

 

Sans transition, je veux aujourd'hui m'indigner de quatre négligences vestimentaires qui hantent les couloirs du métro de la capitale de la mode, j'ai nommé : Paris !

 

1. Conserver le gros point de croix en gros fil destiné à maintenir ensemble les deux pans de votre manteau (sur son cintre dans la boutique).

Oui, alors, comment dire... vous savez, la plupart des manteaux à l'heure actuelle sont à pa arrière coupé, la fente ainsi créée étant censée donner plus d'aisance à vos mouvements. Vous pouvez ainsi vous asseoir sans crainte de déchirer vos ourlets sur les strapontins, courir après votre correspondance sans que vos cuisses ne soient dangeureusement entravées, etc.

Dans les ateliers de confection, afin de pouvoir plier facilement les vêtements (vous savez, quand vous essayez de plier une chemise, ses pans qui s'échappent tout le temps, ça vous énerve...) avant de les empaqueter, on coud les deux pans ensemble au moyen d'un gros point de croix en gros fil.

Dans les boutiques de moindre gamme, comme on s'en fiche et qu'on n'en a pas le temps, on laisse ce gros point de croix en gros fil.

Et malheureusement, dans le métro, on croise plein de gros points de croix en gros fil parce que visiblement personne n'a expliqué aux heureux acquéreurs de ces vêtements de moindre gamme qu'il fallait ouvrir les pans du manteau en supprimant le gros point de croix.

Voilà, c'est dit.

 

2. Conserver sur la manche de sa veste l'étiquette avec la marque du vêtement.

Il s'agit là d'une négligence typiquement masculine puisque seules les vestes d'homme sont ainsi estampillées. En général l'étiquette s'appose au niveau extérieur du poignet gauche. Elle est d'ailleurs fixée à gros points de manière à pouvoir être facilement retirée, sans abimer le tissu de la manche.

Messieurs, vous êtes prévenus.

 

3. Marcher avec des escarpins aux talons éculés.

Oui, éculer est un terme technique qui peut s'utiliser autrement que pour qualifier des blagues qui datent... les talons éculés des escarpins sont une plaie visuelle, auditive et sanitaire.

Plaie visuelle car il n'y a rien de plus moche que d'essayer de jouer à la femme fatale et de se dandiner sur des talons éculés. Plaie auditive car le tiqueu-tiqueu-tic... produit par le talon éculé est vraiment horripilant. Plaie sanitaire car il y a fort à parier que vous allez rapidement avoir mal au dos ou mal aux pieds ou la jambe cassée après une chute. 

Un talon de chaussure de type escarpin se décompose en trois parties : le talon à proprement parler et son revêtement décoratif (imitation bois, cuir vernis, tissu, ...), un petit embout en plastique qui le termine (celui en contact avec le sol) et une tige métallique assez épaise (2 à 5 mm selon le talon) qui sert de colonne vertébrale au talon. Cette tige est moins longue de quelques millimètres que le talon et l'embout en plastique fait le raccord.

Mesdames, lorsque vous perdez le bout en plastique du talon de votre escarpin, vous allez un temps marcher sur les bords du talon, qui vont petit à petit (en deux jours en fait...) se retrousser vers l'extérieur, d'abord le revêtement puis la structure du talon elle-même, jusqu'à découvrir la tige métallique sur laquelle vous finirez par marcher. C'est extrêmement disgracieux : non seulement vos escarpins ont l'air emboutis mais en plus vous devez adapter votre démarche à cette nouvelle situation instable (les tiges métalliques glissent horriblement sur le revêtement du métro).

Bref, si vous ne souhaitez pas investir dans ces escaprins, jetez-les. Sinon, allez chez le cordonnier, il vous en coûtera entre 5 et 10 euros pour les deux chaussures !

 

4. Se satisfaire d'un pantalon sans ourlet style "guenille".

Vous savez, c'est ce type de pantalon qui s'accommode fréquemment d'escaprins éculés et d'un imperméable aux pans retenus par un gros point de croix.

La stratégie du prêt à porter, de tout temps, est de satisfaire le maximum de mensurations en un minimum de modèle. Il est évident que nous avons pourtant tous des morphologies spécifiques et bien souvent nous devons faire avec une taille qui n'est pas exactement la nôtre. Lorsque le pantalon est trop long, plusieurs options s'offrent à nous : bénéficier des services offerts par les boutiques de prêt à porter et se payer un ourlet, faire l'ourlet soi-même. Je ne serai pas bégueule, j'accepterai même un ourlet fait avec ces tissus autocollants double face qui se fixent à coup de fer à repasser... si vous ne maîtrisez pas le point de chausson.

Je constate néanmoins que la plupart du temps les femmes (oui, je ne sais pas pourquoi, les hommes sont nettement moins exposés à cette dérive) préfèrent marcher sur le bas de leur pantalon. Il s'enroule sur lui-même, adopte une couleur crasseuse (très proche de celle du sol du métro) et se déchiquète progressivement. Les fils s'échappent de la trame du tissu, le bas du pantalon se déchire. Ca n'a l'air de gêner que moi.

 

Tout cela va sans dire mais ça va mieux en le disant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AC 28/12/2012 10:06


Concernant les ourlets... les hommes conscients de leurs limites en couture se laissent sûrement plus facilement succomber aux charmes de la vendeuse qui propose la retouche :p ou ils ont une
compagne prête à les faire :)


Y'a un plan B pour les faignasses (genre... moi :) ) : Le slim, le petit accordéon de pantalon trop long reste sagement sur la cheville (pour cause, vu le mal qu'on a à passer le pied dedans !!)
ne traîne pas au sol... et ça évite un autre tracas disgracieux : le pantalon trop long qu'on a du couper... au milieu du mollet pour faire l'ourlet ad hoc... et qui du coup est hyper large en
bas... beurk la ligne de jambe :) enfin ça peut permettre de dissimuler en partie les escarpins mal en point :D


 

alice 28/12/2012 10:14



oui pour les hommes.


pour le plan B, comment dire... non. C'est quand même pas sorcier de faire un ourlet... ce qui me choque c'est plutôt que les gens ont l'air de trouver ça normal de se balader enguenillés...