Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

De pied (de coq) en cape

Hier j'ai déjeuné avec ma soeur.

Et là, tout le monde se dit que je vais donner une recette... eh ! bien pas du tout, je vais parler de ma nouvelle cape en pied de coq.


P1040824

Je pensais qu'elle serait parfaite pour le mois de mars mais il fait tellement froid de ce côté-ci de la Garonne, qu'il me paraît difficilement envisageable de la porter avant mi avril.

 

J'avais commencé la réalisation de cette cape fin 2008. Le patron a été acheté chez Bouchara, boulevard Haussmann, avant que la holding immobilière des Galeries Lafayette ne relouent les locaux à un Horrible&Moche qui attire les minettes gominées et boudinées dans leur slim. Le tissu, que je souhaitais en laine et plus original que celui des capes que l'on trouvait dans les magasins (c'était alors la grande mode), a été débusqué sur eBay. Il reprend un motif très "da-dame", le pied de coq, en plus rock'n'roll. La doublure est violette, pour rappeler le lainage et donner un peu de peps.

 

A l'automne 2008 j'ai acheté mes fournitures, coupé mon tissu, bâti ma cape et puis voilà. Ce n'était plus la mode, j'ai maigri, j'ai mis la cape en devenir dans un sac, dans un coin, dans un placard, dans une cave et je n'y ai plus touché, jusqu'à me rendre compte en décembre 2012 que bientôt, cet hiver, je ne pourrais plus fermer mes manteaux...

 

 

P1040825.JPG

Vu les conditions climatiques actuelles, je me contente de ferme le bouton du haut et le bouton du bas de mes manteaux habituels et enrage tranquillement de ne pouvoir sortir ma cape de son placard, sous peine de geler sur place.

 

Cette évolution de ma morphologie personnelle et de mes perspectives sociales et professionnelles m'a amenée à créer une nouvelle rubrique dans mon blog et à me pencher sur la délicate question de l'habillement de la future maman.

 

 

Sur la rubrique du blog tout d'abord, elle s'appelle "Kinder Attitude" et ce n'est pas un vain jeu de mot. Dans ce titre vous retrouvez déjà une grande partie de mes idées sur la grossesse et la manière dont on vous laisse ou pas la vivre.

Tout d'abord, cette obsession du sexe : alors, tu sais déjà si c'est un garçon ou une fille ?

- non.

- tu sauras quand ?

- dans 9 mois.

- non mais sans rire ?

- sans rire.

Dans la vie, on a tellement peu d'occasion d'avoir de si belles surprises, que j'ai très envie de patienter avant de savoir. Du coup je me sens comme un kinder en liberté, un gros oeuf chargé d'une surprise dont on se demandait toujours, étant enfant, si elle serait une petite voiture (pour les garçons) ou une petite poupée (pour les filles), en se régalant de toute façon de la coque en chocolat.

Kinder, pour les néophytes en teutonisme, c'est surtout le terme allemand pour dire "enfants". Cela m'apparaît donc doublement pertinent pour traduire mon état d'esprit... pour la partie enfant, je ne m'étends pas, vous avez compris. Pour la partie teutone, j'ai découvert avec surprise et enthousiasme que ce sont nos amis d'outre Rhin, Allemands comme Autrichiens, qui développent aujourd'hui, avec le plus d'assiduité, des gammes de puériculture adaptées aux enfants, aux parents et à la planète.

 

Dans cette nouvelle rubrique, je vous parlerai donc de mon état d'esprit, de mes découvertes, de mes essais, de mes échecs et de mes réussites en matière de kinder attitude.C'est ce que ma soeur m'a avoué hier, au cour de notre déjeuner, attendre avec impatiente de pouvoir lire sur mon blog.

 

A suivre très vite : le calvaire du shopping vestimentaire !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cécile 02/04/2013 08:53


On attend la suite avec impatience !