Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

Yoga prénatal, oui mais pourquoi donc ?

Depuis que je trouve que ce n'est plus une bonne idée de suivre mes habituels cours de danse (y compris la barre au sol) et lassée de ne rien faire, je me suis inscrite à un cours de yoga prénatal.

 

Pour les sportives invétérées, cela ne remplacera jamais un jogging ou des longueurs de piscine mais quand on est limité dans ses choix sportifs par la grossesse, le yoga prénatal présente bien des avantages.

 

Les cours d'une heure commencent par un moment de relaxation dans une position confortable avec une emphase sur le souffle et le diaphragme, qui est de plus en plus comprimé par le bébé. S'ensuivent une série de postures, assez lentes à réaliser, de manière à faire travailler les muscles profonds. Le travail des muscles profonds, s'il rejoint un peu la méthode Pilates, n'a pourtant rien de très sportif (pas de sollicitation cardio-vasculaire importante).

Il s'assortit  de la réalisation de postures en équilibre (posture de l'arbre, par exemple), ce qui est finalement assez compliqué au fur et à mesure que le centre de gravité de la future maman se déplace... il est d'ailleurs surprenant de constater que des choses que l'on a faites si longtemps, si souvent, à la danse, sans se poser de question, sont devenue hasardeuses et problématiques !

Certaines postures (le guerrier inversé, le triangle ou la posture du chien par exemple) permettent de faire plus de place au bébé (qui a d'ailleurs l'air d'apprécier à leur juste valeur ces moments qui lui ouvrent un plus grand espace utérin). D'autres permettent de détendre certaines parties du corps (le chat qui se mord la queue mais je n'ai pas réussi à la reproduire...). Toutes ces postures plus "difficiles" sont entrecoupées de postures de relaxation comme le quatre-pattes ou la posture de l'enfant.

 

Lorsque les postures sont devenues trop compliquées à réaliser (déplacement du centre de gravité, ventre trop proéminant, raideur articulaire...) on peut s'aider d'accessoires comme le bolster, la brique de liège, la sangle... La séance se termine par un exercice de relaxation d'une dizaine de minutes.

Yoga prénatal, oui mais pourquoi donc ?

Au départ, j'étais surtout enthousiasmée par l'idée de bouger mon corps. Désormais je suis ravie de me rendre au cours car je sens que c'est un moment privilégié avec mon bébé (qui bouge beaucoup pendant les postures qui lui laissent de la place) et parce que cela m'apporte une forme de sérénité.

C'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres femmes enceintes un peu sur la même longueur d'onde et d'échanger des trucs et astuces pour les semaines à venir.

Enfin j'ai la chance d'avoir un professeur formidable qui nous apprend beaucoup de choses qui servent à quotidien : comment se retourner dans son lit sans se faire mal aux ligaments utérins, comment utiliser un coussin d'allaitement pour mieux dormir (sous les genoux quand on est sur le dos, entre les jambes et sous la nuque quand on est sur le côté), comment détendre son périnée, etc. Mon bassin ultra trop souple, qui me cause de fréquentes douleurs lombaires depuis un mois l'a un peu alarmée et elle m'a fait essayer la ceinture Physiomat (TM) du Dr Bernadette de Gasquet qui m'a vraiment soulagée.

Il me semble que certains cours de yoga prénatal, dispensés par des sage-femmes, peuvent être remboursés par la sécurité sociale au titre de la préparation à l'accouchement. En tout cas si votre maternité vous en propose, n'hésitez pas à y faire un tour.

Ces séances, qui sont une vraie opportunité de se relaxer et de chasser toutes les tensions accumulées dans les transports en commun, sur sa chaise de bureau ou à force de mal dormir, sont généralement accessibles à partir du quatrième mois (donc dès votre 16 semaine de grossesse révolue).

En outre, contrairement au cours de natation pour les femmes enceintes, les séances sont souvent proposées vers 18h ou le samedi. Car oui, c'est assez fou à dire mais les femmes continuent de travailler même quand elles sont enceintes, il faudra en parler aux responsables des piscines municipales de France et de Navarre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

yoga p 08/04/2016 15:03

pas mal votre article et très vrai ^^