Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le quotidien de la vie

Concilier vie professionnelle de cadre, maternage proximal ou parentalité positive et agriculture biologique sur terrasse en ville.

La mode du bébé

Je vous avais promis un article sur la mode du bébé. Etant en pleine préparation de la valise de maternité, j’ai pu faire un tour d’horizon rapide des petits vêtements qui commençaient à s’empiler dans le placard et autant vous dire qu’ils ne sont pas du tout, mais alors pas du tout à la mode…

Car oui, il y a bien une mode du bébé. Malheureusement. Je dois dire que je paierais cher pour comprendre ce qui passe par la tête des stylistes lorsqu’ils dessinent des fringues pour bébé, qu’il s’agisse des couleurs, des motifs ou des inscriptions.

A force de comparer l’offre proposée dans les différents magasins, je me suis tout de même rendu compte avec une certaine tristesse que moins c’était cher, plus c’était kitsch. Le conditionnement social commence donc particulièrement tôt.

La palette des stylistes bébé a l’air de ne contenir que très peu de teintes. Il y a du bleu (layette), du rose (bonbon), du mauve (guimauve), du jaune (poussin). Tout est assez pastel, effacé. On a l’impression de voir les couleurs à travers un filtre nuageux, comme dans un rêve. Rien d’orangé, rien de chocolat, rien de turquoise…

Ce qui complexifie la situation et réduit drastiquement les possibilités, c’est l’ornementation des grenouillères et autres bodies d’inscriptions ou de broderies ou de dessins pour moitié présentés sous l’angle du genre et pour le reste en rapport avec la conception du porteur du vêtement. Cela rend vraiment la recherche compliquée lorsque l’on ne sait pas quel est le sexe de l’enfant à venir.

Par exemple, un pyjama bleu (layette) est la plupart du temps orné d’une voiturette dont le pot d’échappement laisse apparaître des étoiles avec comme inscription « ma voiture fait vroum vroum ». Personnellement je n’ai jamais croisé de bébé de moins de 18 ans au volant d’une voiture crachant des étoiles et faisant vroum vroum. Prenons aussi cette grenouillère rose (bonbon) dont le plastron est décoré d’une petite fée avec sa baguette magique et son chapeau pointu : on peut lire en dessous, au cas où on n’aurait pas compris « je suis la petite fée de maman ». Bon, papa peut aller se rendormir. Quand on a la chance de trouver une pièce d’une couleur plus unisexe, comme jaune (poussin), elle est généralement barrée d’un « moitié papa, moitié maman ». Faire porter un tel message à un enfant relève tout de même du pléonasme. Il y a aussi les messages recto-verso, qui vous offrent un deuxième effet « baby cool » : une barboteuse classique au premier abord, mauve (guimauve), brodée d’instrument de musique et portant la mention « la musique c’est toute ma vie ». On se dit qu’on a enfin trouvé quelque chose d’acceptable. On décroche le cintre du présentoir, on retourne le vêtement et puis on le repose aussi sec. Sur les fesses on peut lire « après maman bien sûr ! » Je ne vous parle pas des messages en anglais qui disent quand même à quel point toutes ces fantaisies sont avant tout destinées aux parents et à l’entourage du bébé.

Je décernerai tout de même la palme du mauvais goût à ce pyjama pour nouveau né que j’ai vu chez Aupré… Une panoplie de Père Noël en tissu éponge rouge, avec des petites bottes noires à la place des pieds, une grosse ceinture au ceinturon jaune d’or et un bonnet à pompon.

La mode du bébé

J’ai abandonné assez rapidement toute illusion et ai renoncé à trouver des pyjamas sans fantaisie. J’ai tout de même fini par me procurer des pyjamas en éponge aux couleurs unisexes : blanc, crème, beige, vert d’eau dont les seules décorations sont des petits animaux rebrodés (un renard avec son petit, un éléphant avec son petit, etc.) sans inscription d’aucune sorte et ce dans une boutique dont les prix étaient accessibles.

Evidemment on peut trouver ce genre de vêtements chez Petit Navire ou Absorbtou mais il faut compter en moyenne 45 euros pour un pyjama. Trop c’est trop ou alors il faut attendre les soldes et faire des provisions. Idem pour ce qui est du linge pour le corps : si vous voulez des bodies qui ne soient ni roses à petits cœurs ni bleus à petites voitures, faites un tour sur les sites de vente d’occasion ou dans les braderies de quartier pour trouver des vieux Petit Navire ou Absorbtou.

Cela a résolu une partie de mes problèmes mais la mode du bébé s’étend aussi aux vêtements du nourrisson, pas seulement à ceux du nouveau-né. Et là, rebelote. Il y a la mode pour les filles et celle pour les garçons. La mode copie grosso modo celle des adultes : par exemple un jean slim pour une fillette de 6 mois ou des converses en coton pour un garçonnet. A quand le slip tanga couvre-couche ?

Pour la suite donc, je ne me suis pas laissé abattre non plus et j’ai décidé d’œuvrer par moi-même. J’ai cherché des modèles de vêtements pour bébé (il n’y en pas beaucoup, malheureusement mais vous pouvez retrouver ici la liste des livres que j’ai dans la rubrique "c'est moi qui l'ai fait, ou presque") et j’ai commencé à coudre et à tricoter (bon, j’ai mis ma mère à contribution, c’est vrai). Je suis un peu freinée dans mon élan du fait que je ne sais pas si je fais pour fille ou pour garçon mais un certain nombre d’invariants existent : le pantalon brun en velours côtelé pour l’hiver, le petit blue jean, les gilets à mettre par-dessus des chemises, etc.

La mode du bébéLa mode du bébé
La mode du bébéLa mode du bébéLa mode du bébé
La mode du bébéLa mode du bébé

C’est très peu cher à réaliser car je me sers de vieux vêtements que je n’utilise plus : le blue jean a été fait dans un vieux jean à moi (du coup le tissu est plus souple, c’est mieux pour un bébé) et le pantalon en velours dans une vieille jupe. J’ai aussi trouvé dans les placards de papa trois vieilles chemises Kenzo et Agnès B dont le col et les poignets sont usés mais qui permettront avec le devant et le dos de faire des chemises pour bébé. J’ai récupéré un sweat-shirt dont le molleton de coton sera bien sympathique aussi pour une petite veste zippée et mon vieux manteau blanc Gérard Darel, complètement élimé aux poignets, retrouvera une deuxième vie.

C’est certain, la mode du bébé ne passera pas par moi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Pourquoi du blanc sur fond noir ?
Répondre
D
Ah bon. J'ai de la chance d'être toujours en noir sur fond blanc !
Baisers
A
parce que grâce au nouveau moteur OverBlog, tu n'as plus grand choix. C'était le moins pire.